Vingt-deux pays africains dont le Rwanda s’engagent à la restauration d’habitats forêstiers d’ici 2030

Redigé par IGIHE
Le 18 mai 2017 à 11:26
Visites :
56 2

Vingt-deux pays africains dont le Rwanda se sont engagé à restaurer, d’ici 2030, 75 millions d’habitats forestiers et paysages dégradés, selon Mamadou Moussa Diakhité, en charge du Programme de Gestion durable des Terres et des Ressources en eau à l’Agence NEPAD.

“On espère que d’autres pays africains vont nous rejoindre dans cette initiative pour atteindre les 100 millions d’habitats les dépasser dans le cadre ou Forest and Initiative des et des Paysages africains, ce qui signifie la restauration de plus de 100 millions d’habitats forêstiers d’ici 2030”, a-t-il expliqué.

L’on doit noter que c’est le Secrétariat du NEPAD qui conduit l’Initiative AFR100 et participe dans ce cadre. Pour y arriver, l’on a commencé par la phase des opportunités qui consiste à promouvoir l’agroforesterie et à planter des arbres. C’est ce qu’on appelé ROAM ou Restoration Opportunités Assessment Methodology.

Beaucoup de pays sont en train d’évaluer les opportunités de restauration dans plusieurs pays d’Afrique.

“Il y a beaucoup d’espoir de trouver ces investissements. Ces réunions sensibiliseront les secteurs privés. Car, la restauration des forêts va de pair avec des bénéfices financiers et économiques. On aide les femmes à devenir entrepreneures au niveau des terres ou de l’agriculture”, a poursuivi Mamadou Diakhité

Mamadou M. Diakité a souligné que le NEPAD essaie de convaincre tout le monde jusqu’aux Chefs d’États sur le bien-fondé de la restauration des forêts et des paysages dégradés.

“Le Rwanda se définit dans ce cadre comme un des pays africain où l’on peut investir, compte tenu de ses réalisations au niveau de la bonne gouvernance.”

“On doit prendre des risques, et en tirer des bénéfices économiques. C’est pour cela que les pays africains travaillent sur l’amélioration de leur gouvernance. Les jeunes pourront créer du travail et rendre la terre productive. C’est une des conditions pour atteindre le développement économique, la paix et la sécurité, freiner la migration, fixer les jeunes et les femmes sur leurs terres, diminuer la cause de la désertification.”

Mamadou Moussa Diakhité a tenu ces propos lors de la Conférence sur le Forum d’Investissements pour la Restauration des Forêts et des Paysages dégradés organisé à Kigali du 16 au 17 Mai 2017.

Avec Rnanews


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité