Province Ouest : Peu d’hygiène, maladies des mains sales malgré l’accès à l’eau potable

Redigé par IGIHE
Le 29 janvier 2014 à 05:13

James Sano, Directeur Général adjoint d’EWSA (Energy,Water and Sanitation Agency) avance que partout dans le pays, la plupart des Rwandais ont accès à l’eau potable et pourtant, dit-il, la propreté et le soin font défaut.
James Sano était ce dimanche 26 janvier l’invité de “Kubaza Bitera Kumenya” un programme-fleuve de deux heures de Radio et Television Rwandaises de ce dimanche 26 janvier 2014 invitant les Rwandais à changer de comportement et de mœurs face à la question de la propreté et de (...)

James Sano, Directeur Général adjoint d’EWSA (Energy,Water and Sanitation Agency) avance que partout dans le pays, la plupart des Rwandais ont accès à l’eau potable et pourtant, dit-il, la propreté et le soin font défaut.

James Sano était ce dimanche 26 janvier l’invité de “Kubaza Bitera Kumenya” un programme-fleuve de deux heures de Radio et Television Rwandaises de ce dimanche 26 janvier 2014 invitant les Rwandais à changer de comportement et de mœurs face à la question de la propreté et de l’utilisation modérée de l’eau.

D’après Sano, la saleté se constate dans le rural à cause de l’usage de contenants qui manquent de soin. Le Citadin Sano trouve que le rural consomme 8 litres d’eau potable alors qu’il aurait dû en consommer 20.

Anita Asimwe, Secrétaire permanente près le Ministère de la Santé, invitée également au débat de ce dimanche 26 janvier 2014 a déroulé les statistiques émanant des Centres de Santé du pays pour constater que la province de l’Ouest a un grand nombre de gens qui se font soigner les maladies diarrhéiques et les vers intestinaux.

« Et pourtant c’est la province la plus alimentée en eau potable d’EWSA par rapport à d’autres provinces », a-t-elle ajouté montrant des conséquences négatives dont le fait que 44% des nourrissons grandissent mal parce que malnutris.

L’Institut National de Statistique montre que 90% des maladies soignées dans les dispensaires et centres de santé du pays sont liées à la saleté. Parmi elles, 20% sont des maladies diarrhéiques et les vers intestinaux.

Le même Institut de Statistique montre que la moitié des Rwandais doivent faire 30 minutes pour accéder à l’eau potable mais que 70% y accèdent quoiqu’il en soit, qu’avec 2018, l’accès à l’eau potable atteindra 100% de Rwandais.

Le District de Rubavu vient en 4è place pour des enfants en croissance difficile alors qu’on compte 350 mètres de distance entre un point d’eau potable à un autre.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité