Les parents de Rubavu ont peur pour l’avenir de leurs enfants à cause des prostituées

Publié par igihe
Le 5 janvier 2017 à 08:47
Visites :
56 2

Kigali : Les parents de Rubavu à l’ouest du Rwanda ont peur pour l’avenir de leurs enfants à cause du nombre de prostituées qui a explosé dans cette ville frontalière avec la République Démocratique du Congo(RDC).
Nyirahawenimana Marie Chantal est commerçante des poissons tout près du lac Kivu à l’endroit communément dit Brasserie. Elle s’est entretenue avec des journalistes rwandais regroupés dans l’Association de Lutte contre le VIH/ SIDA (ABASIRWA) qui ont visité ce quartier.

« La prostitution a atteint des proportions inquiétantes au point que les « sex workers » sont prêtes même pour 500 francs (moins d’un dollar) à cause de la pauvreté, » affirme Nyirahawenimana Marie Chantal.

Comme d’autres mères, elle a peur que ses enfants et même son mari ne soient tentés par la prostitution à cause du nombre élevé des prostitués et à un prix si bas.

Elle souhaite qu’une activité génératrice de revenu leur soit trouvée pour qu’elles renoncent à la prostitution. Ainsi, les enfants pourront grandir dans un environnement sain. « Même les maris sont tentés par la prostitution avec le risque d’attraper le SIDA et de le contaminer à leurs épouses », dit-elle.

Pour Nyirahawenimana Marie Chantal, ces « Sex workers » doivent trouver un autre emploi et être chassées de ce quartier où elles louent des maisons pour accueillir leurs clients potentiels.

Les journalistes se sont rendus au Centre de Santé de Kigufi tout près de la Brasserie. Ils y rencontrés soixante « Sex workers » regroupées au sein de l’association Abasangirangendo qui encourage ses membres au dépistage, à l’usage des préservatifs, à faire tester leurs enfants, à l’épargne et au crédit pour initier une activité génératrice de revenu.

Ces « Sex workers » disent que quand elles parviennent tant bien que mal à initier une activité, elles sont pourchassées par les agents de sécurité qui jugent leur commerce illégal. Les agents de sécurité leur demande de se faire enregistrer au près de l’administration et d’occuper des stands dans les marchés connus de la ville.

Ces prostituées rétorquent en disant que c’est difficile alors qu’elles n’ont qu’un un petit capital qui sert à la survie quotidienne de leurs familles. La conséquence est qu’elles sont obligées de recommencer la prostitution.

Le Maire de Rubavu Sinamenye Jérémie comprend leur préoccupation mais il leur demande de se regrouper en coopératives pour y parvenir et pour éventuellement bénéficier des avantages du commerce transfrontalier entre le Rwanda et la RDC.

Sinamenye Jérémie reconnaît que cet endroit attire beaucoup de prostituées des quartiers pauvres de la ville et d’ailleurs. Ces « Sex workers » espèrent y gagner beaucoup d’argent grâce à la proximité avec la RDC, la pêche dans le lac Kivu et la présence de la BRALIRWA (Brasserie du Rwanda).

Elles peuvent ainsi gagner beaucoup d’argent des Congolais en visite à Rubavu qui payent en dollars, des pécheurs du lac Kivu qui dépensent tout ce qu’ils gagnent dans la prostitution et l’alcool, et des chauffeurs qui viennent retirer les produits de BRALIRWA en vue de les distribuer dans les autres provinces du pays.

Sinamenye Jérémie a dit que 6144 personnes vivent avec le VIH/SIDA, soit 0,6 % de ses administrés, dont 6079 qui se font soigner. Il a dit qu’ils ont mis en place des programmes pour lutter contre le fléau. (Fin)

avec rnanews.com


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité