Le centre de l’Italie frappé par un séisme meurtrier

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 24 août 2016 à 11:46
Visites :
56 2


SECOUSSE - Un puissant tremblement de terre a secoué le centre de l’Italie dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 août. Les médias et autorités locales déplorent au moins 18 morts.

La terre a tremblé, dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 août, à dix kilomètres de Norcia, une ville de la région d’Ombrie, à quelque 150 kilomètres au Nord-Est de Rome, selon l’Institut américain de géologie (USGS) et l’Agence France Presse. Plus généralement, ce sont les régions des Marches, des Abruzzes et du Latium qui sont touchées. L’épicentre n’a été localisé qu’à 4 kilomètres de profondeur, selon les médias italiens, et la première secousse est intervenue à 3h36 du matin.

L’USGS, qui a assorti son annonce d’une alerte rouge, a fait état de sept répliques, d’une magnitude comprise entre 4 et 5,5. Les secousses ont été ressenties jusqu’à Rome, la capitale du pays. Les dégâts, dont la nature se précisera dans les prochaines heures, sont déjà bien présents. Du côté d’Arquata, Accumoli et Amatrice, des petites communes situées près de l’épicentre, on déplore l’écroulement de nombreux bâtiments.

Sur Twitter, les internautes présents lors de la secousse ont commencé à partager des photos disant tout du délabrement des villages touchés. Ici à Amatrice :

Un bilan humain incertain

S’agissant du bilan humain, il reste pour le moment provisoire. Les médias italiens rapportent le décès d’au moins 18 personnes et le nombre de blessés et de disparus est très incertain. Le plus grand nombre de victimes a été recensé à Pescara del Tronto, commune qui dépend d’Arquata dans la région des Marches, où dix personnes ont perdu la vie, a indiqué la protection civile régionale. Le chef de la protection civile italienne Fabrizio Curcio s’est cependant refusé jusqu’à présent à fournir un bilan officiel, jugeant que c’était encore prématuré.

Six habitants de la commune d’Amatrice, dans la région du Latium, proche de l’épicentre du séisme, ont également été retrouvés sans vie dans les décombres, selon le président de la région du Latium, Nicola Zingaretti. De son côté, le maire d’Accumoli a décrit une ville à moitié détruite et fait état de deux morts et d’au moins quatre personnes prisonnières des décombres. "La ville n’existe plus", a-t-il notamment témoigné auprès de la Rai.

Les conditions d’intervention des secours s’avèrent difficiles sur place, en raison notamment des dégâts subis par les voies d’accès aux communes touchées. le maire d’Accumoli, particulièrement touchée, a ainsi déploré l’arriver des premiers secours après 7h30, soit quatre heures après le séisme destructeur.

Metronews.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité