Festival du Cinéma africain de Khourigba : Voyage au coeur d’un pays féerique

Redigé par Sabin Munyengabe
Le 21 septembre 2017 à 03:56

Un voyage au coeur de Khourigba, ville qui abrite le festival du cinéma africain de Khourigba éveille des sentiments "Du Jamais vu !". A son arrivée dans cette ville féerique, on est étonné de constater un accueil chaleureux dont on est l’objet.
La fébrilité des gens à leur travail montre qu’ici, on est aussi rémunéré à la sueur de son front. Tout le monde aime s’adonner avec ardeur au travail rémunérateur. Tous sont bel et bien en plein dans l’économie de marché : agriculteurs ou éleveurs actifs dans les (...)

Un voyage au coeur de Khourigba, ville qui abrite le festival du cinéma africain de Khourigba éveille des sentiments "Du Jamais vu !". A son arrivée dans cette ville féerique, on est étonné de constater un accueil chaleureux dont on est l’objet.

La fébrilité des gens à leur travail montre qu’ici, on est aussi rémunéré à la sueur de son front. Tout le monde aime s’adonner avec ardeur au travail rémunérateur. Tous sont bel et bien en plein dans l’économie de marché : agriculteurs ou éleveurs actifs dans les alentours de la ville autant que ceux qui s’affairent dans le secteur des services.

A l’arrivée à Casablanca, capitale économique du Maroc ; on est vite frappé par des images d’une ville très avancée en termes d’activités économiques par rapport aux autres villes des pays sahéliens.

J’étais inquiet à l’idée de séjourner dans une ville Casablanca où il n’y a que l’arabe qui prime. Pourtant j’ai été étonnée de l’hospitalité qui m’a été offerte à mon arrivée à Mohamed V International Airport. L’agent d’immigration de l’Aéroport ayant pris mon passport s’est exclamé en guise de question : "Tu viens de chez Kagame ?... Quel grand homme il est !!!".

Il a agi vite en apposant un tampon attestant l’entrée au pays de toute la délégation rwandaise que j’accompagnais en qualité de journaliste de ShowBiz d’ IGIHE.comRwanda pour les festivités du Film Africain de Kouribga à quelques 120 Km au sud de Casablanca.

Invité par OCP SA, le principal sponsor du Festival du Cinema Africain de Khouribga, j’ai été pris en voiture dès mon arrivée à l’aéroport par un chauffeur envoyé par les sponsors. Son chaleureux mot de bienvenu m’a mis à l’aise et j’ai commencé à lui presser de questions pour découvrir la ville de Casablanca, une ville très propre avec des chaussées, des rues et des avenues entièrement macadamisées.

Sur les bords de l’Atlantique, j’ai été présenté à des amis qui d’un bon ton m’ont qualifié d’Africain. J’ai tout de suite tiré une petite conclusion selon quoi, la géographie du Maroc, l’état avancé de leur développement fait psychologiquement de ses habitants, une race à cheval entre l’Afrique et l’Europe et même l’Asie.

Sur la route pour l’hôtel, j’étais émerveillé de géants chevaux blancs, de véritables gratte-ciel bien alignés le long de la chaussée.

Cependant, je n’étais pas au bout de la surprise. Quel service d’hôtel m’a été reservé !!! Pour eux, l’adage ’le Client est roi’ est le leur. Au clair et au figuré. Ici, seul le sexe masculin est présent dans les divers services d’hôtel. Et puis ce sont des hommes âgés.

"Les femmes sont employées dans la section Cuisine. Les amener dans le service à la clientèle d’hôtel c’est les rendre esclaves", m’a confié un guide à qui je posais la question de savoir pourquoi je ne voyais pas de sexe féminin dans l’hotel.

Un fermier agricole aux revenus confortables

Les fermiers marocains que j’ai visités engrangent des revenus confortables. Ils sont à l’aise avec une monoculture. Pour dire qu’avec leurs machines agricoles, ils cultivent sur de grandes étendues plates une seule culture. Ils m’ont fait vite comprendre la politique agricole de consolidation des terres et de monoculture qui peut se matérialiser à coup de beaucoup de sensibilisation.

Mais ici aussi on gère parcimonieusement la terre. Des terrains à droite sont destinés à l’habitation tandis que de grandes étendues à gauche sont de vastes champs avec de vastes hangars pour abriter des récoltes. Ici, la politique agricole veut que le secteur rural soit occupé par de rares gros fermiers et très peu d’ouvriers agricoles.

A Casablanca, le commerce prolifère. Des possesseurs de différents fonds de commerce et boutiques restent sur pied jusque tard dans la petite matinée, à trois heures du matin. Les gens font leurs emplettes à longueur de journée et de nuit dans les boutiques, supermarchés et hypermarchés de Casablanca. Apparemment la nuit noire ici n’existe pas. L’activité économique tourne toujours et jamais au ralenti. Le Dihram, monnaie locale, environ 85 FRw, soit 0.1$.

L’art du métier de commerçant

Tout au long de mon petit séjour de quatre jour, une chose m’a frappé. Les gens ont fait du commerce un art consommé. Dans le grand marché dit Morocco Mall, on est frappé de voir la discipline avec laquelle il est étalé des produits similaires à perte de vue et comment un commerçant t’aguiche agréablement jusqu’à ce que tu mettes ta main à la poche. Et puis ici, ils sont peu de commerçants avec une très grande gamme de marchandises. Et ici, il y a des étiquettes portant le chiffre en Dirhams que tu dois payer au commerçant.

Ici au Maroc, les produits fabriqués localement sont priorisés dans la culture du consommateur marocain que ce soit le textile ou la cuisine. En effet, les grands hotels de luxe du Maroc doivent avoir en priorité la cuisine marocaine

Les phosphates, source de revenus consistants

Quand j’ai visité l’OCP SA, le sponsor officiel du Festival du Cinéma Africain de Khourigba, j’ai été surpris par une si grande industrie d’extraction des phosphates utilisant quelques environ 21 milles employés.

Il y a lieu d’apprécier la coopération rwando marocaine qui, parmi les MOU signés lors de la visite du Roi Mohamed V à Kigali en octobre 2016 à la tête d’une forte délégation d’hommes d’affaires marocains, a décidé de la construction à Kigali d’un centre régional de stockage d’engrais chimiques importés du Maroc.

Traduit du Kinyarwanda
par Jovin Ndayishimiye

<


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité