« Fake news » : la lutte s’organise contre les fausses vérités

Publié par Igihe.com
Le 25 février 2017 à 03:31
Visites :
56 2

Plusieurs initiatives ont été prises par les médias et les géants du Web, aux Etats-Unis comme en France, pour lutter contre les fausses informations, les « fake news », qui circulent abondamment et dont les réseaux sociaux font leur miel.

Le dimanche 26 février, c’est une publicité télé un peu particulière du New York Times qui sera diffusée aux Etats-Unis pour les Oscars. Elle dira que « la vérité est plus importante que jamais » et que les « les faits alternatifs sont des mensonges ». L’objectif est de répondre à Donald Trump, qui a multiplié les contre-vérités, la dernière étant un attentat imaginaire en Suède. Au-delà, il s’agit d’un combat pour cette idée qu’une vérité de fait n’est pas contestable dans ses faits. Une position louable, certes, mais sans autre incidence que de conforter les médias aux yeux de leurs propres partisans.

D’ailleurs, le président américain a très vite retourné l’expression « fausse nouvelle », fake news, contre les médias eux-mêmes. C’est eux qui sont désormais accusés de mentir, Donald Trump voyant dans le New York Times, CNN, et même NBC, ABC et CBS des ennemis du peuple américain.

En réalité, les fake news sont une réalité ancienne où chacun a sa part de responsabilité. Les médias américains ont parfois été instrumentalisés pour servir un mensonge, comme les armes de destruction massive avant la guerre d’Irak en 2003.

Leur neutralité est une vue de l’esprit, comme en atteste le soutien de la quasi-totalité des journaux à Hillary Clinton. Donald Trump inquiète bien sûr pour sa liberté prise avec les faits et sa virulence contre les médias, pivot de la démocratie. Mais ce qui est aussi nouveau, ce sont les réseaux sociaux qui ont pu avoir intérêt à laisser se diffuser de fausses nouvelles avec leurs publicités associées pour renforcer leur caractère hypnotique, sachant que 40% des Américains de moins de 50 ans s’informent via des réseaux comme Facebook, selon le Pew Resarch Center.

La France est à présent le pays test en matière de fake news. Après la rumeur d’extrême droite qualifiant Alain Juppé de soutien des Frères musulmans et avec la crainte d’une manipulation de l’opinion avant l’élection présidentielle, Google a formé une soixantaine de journalistes et dix-sept rédactions à une plateforme de signalement de contenus douteux, Cross Check, qui sera mise en ligne lundi.

Facebook France, de son côté, va déployer un système de vérification des faits en s’associant à huit médias français dont France 24. Les utilisateurs seront ainsi incités à signaler les articles douteux. Dès lors que deux médias partenaires qualifieront une publication de fausse info, celle-ci sera signalée par un pictogramme, ne sera plus affichée en priorité et ne pourra plus être monétisée.

Il reste espérer que cela soit suffisant pour éviter de mettre sur le même plan une vérité et un mensonge.

Avec rfi.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité