Dialogue inclusif : la société civile salue l’adoption du code de bonne conduite

Redigé par igihe
Le 12 décembre 2016 à 03:44

Les délégués de la société civile saluent l’adoption du code de bonne conduite signé par tous les participants au dialogue national inclusif. Dans une déclaration faite dimanche 11 décembre à Radio Okapi, l’un des délégués de cette composante, Georges Kapiamba, a estimé que ce texte adopté vendredi dernier « va faire régner la sérénité » pendant le déroulement des travaux qui se déroulent sous l’égide des évêques catholiques.
« Il fallait qu’il y ait un cadre qui régisse la conduite de tout le monde de manière (...)

Les délégués de la société civile saluent l’adoption du code de bonne conduite signé par tous les participants au dialogue national inclusif. Dans une déclaration faite dimanche 11 décembre à Radio Okapi, l’un des délégués de cette composante, Georges Kapiamba, a estimé que ce texte adopté vendredi dernier « va faire régner la sérénité » pendant le déroulement des travaux qui se déroulent sous l’égide des évêques catholiques.

« Il fallait qu’il y ait un cadre qui régisse la conduite de tout le monde de manière à faire régner la sérénité et aussi permettre que l’ambiance soit celle qui pourra contribuer réellement au résultat pour lequel nous sommes là », a affirmé Georges Kapiamba.

Selon lui, il faut éviter que « les gens se livrent à des marchandages politiques ou commencent à tenir des propos qui risqueraient de compromettre le bon déroulement des travaux ou commencer à s’insulter ou se lancer des quolibets ».

« Nous en tant que juristes, nous disons que là où il y a deux personnes, il faut qu’il y ait un droit, des règles pouvant régir leur conduite. Parmi les règles, il y a même celle qui interdit des démarches par exemple de corruption ou tenter d’espionner les autres », a soutenu Georges Kapiamba.

Le code de bonne conduite a été élaboré par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

Il édicte un certain comportement que les participants doivent adopter au cours de cette rencontre. L’une des dispositions par exemple oblige les délégués à la confidentialité des documents de travail.

Une autre appelle tous les participants à se traiter avec respect, tolérance et sans aucune discrimination dans leurs comportements, paroles, faits et gestes.

Les travaux du dialogue national inclusif reprennent mardi 13 décembre au centre interdiocésain de Kinshasa. Ils ont été suspendus vendredi dernier pour permettre aux prélats de participer à la prise de fonction du nouvel archevêque de Mbandaka-Bikoro, Monseigneur Fridolin Ambongo.​

avec radiokapi.net


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité