Calme toujours précaire en RDC après une attaque de l’armée contre le fief des mutins

Redigé par Jean-François ISIBO
Le 15 mai 2012 à 04:12

Un calme précaire régnait toujours lundi matin dans la province instable du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC, après que l’armée et des mutins ex-rebelles se sont affrontés dimanche dans le fief des dissidents, a-t-on appris de sources concordantes.
« Lundi matin, les combats n’ont pas repris », a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarana, porte-parole du Mouvement du 23 mars (M23), composée d’ex-membres de l’ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).
« La (...)

Un calme précaire régnait toujours lundi matin dans la province instable du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC, après que l’armée et des mutins ex-rebelles se sont affrontés dimanche dans le fief des dissidents, a-t-on appris de sources concordantes.

« Lundi matin, les combats n’ont pas repris », a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarana, porte-parole du Mouvement du 23 mars (M23), composée d’ex-membres de l’ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

« La situation s’est calmée, les combats n’ont pas repris. Mais les populations sont toujours dans les lieux de refuge », notamment dans des écoles proches de Rutshuru-Centre, explique un acteur de la société civile du territoire de Rutshuru, où se déroulent les affrontements.

L’accalmie intervient après de violents combats dimanche après-midi dans la zone de Runyonyi, le fief des mutins proche de la frontière avec le Rwanda.

« Nous avons mené un grand combat d’au moins 30 minutes dans la localité de Mbuzi. Nous avons tué 26 soldats, et nous nous avons un seul blessé. Les forces gouvernementales avaient des armes lourdes et nous des armes individuelles », a indiqué lieutenant-colonel Kazarana.

L’armée a « bombardé avec des mortiers et des chars de combat dans la population, qui n’a rien à voir avec nous, qui n’a pas d’armes. Elle ne connaît pas la réalité du terrain. Nous, nous sommes d’ici, nous connaissons les zones stratégiques », a-t-il accusé, soulignant que les habitants ont fui en abandonnant leurs biens.

Mbuzi se situe près de la base militaire de Rumangabo, que les mutins démentent vouloir prendre. « Nous ne faisons pas d’attaque, nous faisons de la défensive en demandant au gouvernement d’appliquer les accords » du 23 mars 2009, qui régissent les conditions d’intégration des ex-CNDP dans l’armée, a affirmé le porte-parole.

D’après lui, l’armée contrôle toujours Bunagana, où elle a commis « un pillage massif », et les mutins ont conservé leurs positions notamment à « Runyonyi, Bukima, Bikenge, Chanzu, et une partie de Busanga ».


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité