Présumé génocidaire Claver Kamana : Mort "Innocent"

Redigé par Alain Gauthier
Le 15 septembre 2017 à 01:52

A l’heure où nous pleurons le départ de notre ami Bernard PATUREAU, nous apprenons, de source judiciaire, la mort, le 17 août, de Claver KAMANA, poursuivi en justice depuis octobre…. 2008. Le CPCR avait alors recueilli suffisamment de témoignages pour déposer une plainte contre ce proche du président HABYARIMANA. Il sera parti sans avoir été jugé, il sera donc mort “innocent”.
Près de 10 ans que cette plainte avait été déposée et aucune nouvelle de l’instruction. Depuis le début de l’année, d’autres (...)

A l’heure où nous pleurons le départ de notre ami Bernard PATUREAU, nous apprenons, de source judiciaire, la mort, le 17 août, de Claver KAMANA, poursuivi en justice depuis octobre…. 2008. Le CPCR avait alors recueilli suffisamment de témoignages pour déposer une plainte contre ce proche du président HABYARIMANA. Il sera parti sans avoir été jugé, il sera donc mort “innocent”.

Près de 10 ans que cette plainte avait été déposée et aucune nouvelle de l’instruction. Depuis le début de l’année, d’autres clôtures d’instruction nous ont été annoncées et nous attendons toujours les réquisitoires du procureur ! Puis il faudra attendre l’OMA, l’ordonnance de mise en accusation des juges d’instruction. Pendant ce temps, des témoins disparaissent, des traces s’effacent, des accusés meurent, et la justice n’est pas rendue.

En juin 2004, la France était condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour “retard à rendre la justice” dans l’affaire MUNYESHYAKA. Onze ans plus tard, les juges d’instruction prononcent un non-lieu, suivant en cela le réquisitoire du Procureur. Les parties civiles font appel et ce n’est que le 8 novembre prochain que cet appel sera examiné ! La plainte date de 1995 !

Une fois de plus, nous ne pouvons que dénoncer les lenteurs inexplicables de la justice. Les rescapés, victimes de KAMANA, n’auront pas eu le procès qui aurait pu leur permettre de tourner la page et de faire leur deuil. Ce n’est pas juste !

Du 17 avril au 6 juillet 2018 se tiendra aux assises de Paris le procès en appel de messieurs NGENZI et BARAHIRA. De longues semaines pour entendre une nouvelle fois les mensonges des accusés. Aucun autre procès n’est prévu à ce jour. Inquiétant.

Restons mobilisés. Exigeons que justice soit rendue aux victimes du génocide des Tutsi, avec détermination. Mais serons-nous entendus ? “Un génocide sans importance” qui, il est vrai, intéresse peu nos “concitoyens” du monde entier. (Fin)

*Alain Gauthier est président du CPCR (Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda). Créé en 2001, le CPCR est une association française qui prépare des plaintes à l’encontre des présumés génocidaires rwandais exilés en France.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité