Philippines : le président menace de généraliser la loi martiale

Publié par Olga Ishimwe
Le 24 mai 2017 à 05:41
Visites :
56 2

Le président des Philippines Rodrigo Duterte a menacé mercredi d’étendre à tout le pays la loi martiale imposée la veille dans le sud pour contrer les islamistes, qui ont décapité un responsable de la police et pris un prêtre en otage.

Le chef de l’Etat a ordonné mardi soir la mise en application de ce régime d’exception dans la région méridionale de Mindanao, qui s’étend sur un tiers du territoire philippin et où vivent 20% des plus de cent millions d’habitants de l’archipel.

Il répondait ainsi aux attaques de combattants ayant prêté allégeance à l’organisation jihadiste Etat islamique (EI).

Une centaine de militants de l’EI sont en effet entrés mardi dans la ville de Marawi, y tuant cinq soldats, s’emparant dans une église d’un prêtre et d’un nombre indéterminé d’autres personnes, et incendiant des bâtiments, ont annoncé les autorités.

Des photographies diffusées sur les réseaux sociaux par certains des 200.000 habitants de cette localité montrent des hommes armés déambuler dans les rues et y hisser des drapeaux noirs semblables à ceux de l’Etat islamique.

L’ecclésiastique pris en otage est le père Chito Suganob, a précisé le président de la Conférence des évêques des Philippines, Socrates Villegas, selon lequel les ravisseurs "ont menacé de tuer les otages si les forces gouvernementales lancées contre eux n’étaient pas rappelées".

"Le chef de la police de Malabang a été stoppé au moment où il rentrait chez lui à un point de contrôle mis en place par des terroristes et je crois qu’ils l’ont décapité sur place directement", a raconté mercredi à des journalistes le président Duterte pour expliquer pourquoi il avait imposé la loi martiale dans le sud.

Il a ajouté qu’il pourrait la faire appliquer "dans tout le pays pour protéger la population", prévenant que cela rappellerait le temps de la dictature de Ferdinand Marcos, renversé par une révolution en 1986.

"Je n’hésiterai pas à tout faire pour protéger et préserver la nation philippine", a-t-il poursuivi, jugeant que "la loi martiale de M. Marcos était très bonne".

Ses opposants ont de leur côté fait état de leurs craintes de voir le président, initiateur d’une guerre controversée contre la drogue qui a fait des milliers de morts, se servir des questions de sécurité pour imposer une forme d’autoritarisme.

- Une longue rébellion -

Se trouvant mardi à Moscou pour y rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine, M. Duterte avait annoncé dans la soirée qu’il abrégeait son séjour.

"Des unités de (l’organisation) Etat islamique occupent une province (philippine) et il y a des affrontements, une opération militaire, en cours encore maintenant. Je dois malheureusement partir là-bas", avait-il dit, au début d’une rencontre avec Vladimir Poutine.

D’après les spécialistes des questions de sécurité, Isnilon Hapilon s’efforce d’unifier les groupes philippins qui ont prêté allégeance à l’EI.

Depuis les années 1970, la rébellion musulmane réclame l’autonomie ou l’indépendance de Mindanao et les combats ont fait plus de 130.000 morts.

Avec AFP


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité