Les familles des experts exécutés en RDC réclament une enquête internationale

Publié par IGIHE
Le 26 mai 2017 à 05:56
Visites :
56 2

Les familles des deux experts des Nations unies exécutés en République démocratique du Congo (RDC) réclament une enquête internationale sur la mort de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise Zaida Catalan. Selon eux, seule une enquête indépendante permettra d’identifier les assassins et les donneurs d’ordre. Ils s’expriment dans une lettre au New York Times qu’ils mettent en cause pour sa « couverture » de ces assassinats.

En début de semaine, le New York Times épinglait les Nations unies pour avoir envoyé Michael Sharp et Zaida Catalan au Congo sans formation, sans sécurité et sans aucune couverture médicale. Leurs proches font valoir qu’il s’agissait - au contraire - d’enquêteurs expérimentés qui ont été assassinés parce qu’ils avaient été les témoins d’atrocités commises dans les Kasaï.

Des consultants envoyés par le Conseil de sécurité

Aux yeux des familles, le journal n’a pas compris la fonction des experts de l’ONU, qui ne sont pas des employés de la Monusco, la mission des Nations unies sur place, mais des consultants envoyés par le Conseil de sécurité. Ce dernier se fonde sur leurs rapports pour déterminer, notamment, qui doit faire l’objet de sanctions en cas de violations des droits de l’homme.

Circulation sans escorte

Comme leur but est de mettre leurs sources en confiance, les experts circulent donc sans escorte, ce qui a bien fonctionné jusqu’à maintenant puisque aucun expert de l’ONU n’avait jamais été tué au Congo. Les familles réclament donc avec insistance une enquête internationale et indépendante. De leur côté, les Etats-Unis et la Suède ont déjà ouvert des enquêtes sur la mort de leurs ressortissants. mais la réussite de ces démarches dépend en grande partie de Kinshasa.

Avec Rfi


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité