Le Pourquoi chaque ’envoyé spécial’ doit faire une analyse avant d’envoyer ses tweets

Publié par Alain Billen
Le 22 août 2017 à 11:58
Visites :
56 2

Un « Envoyé Spécial de l’Union Européenne », est une personne envoyée temporairement dans un pays par l’Union Européenne, afin d’y recueillir des informations sur place.

Monsieur Michael Ryan a donc été spécialement choisi pour remplir cette mission.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Monsieur Ryan vient de prouver par « Twitter » interposé, qu’il est certainement l’homme de la situation et qu’avec son aide, l’Union Européenne sera pleinement informée de tout ce qui se passe à Kigali où ailleurs dans le pays.

Dernièrement, alors que les travaux planifiés de la démolition de l’Hôtel « Top Tower » touchaient à sa fin, un véritable drame est survenu à proximité de la résidence de « l’Envoyé Spécial ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que Monsieur Ryan a dû frôler la mort ce jour-là, un peu comme Bernard Henry-Levy lorsqu’il se retrouve en plein conflit au Moyen-Orient.

En tant que témoin privilégié d’une telle catastrophe, notre « Envoyé Spécial » se devait de prendre une photo et de la « Twitter » d’urgence avec un témoignage digne de ce nom, mais surtout digne de sa fonction.

« End of Top Tower…démolition dangereuse a détruit notre mur, un travailleur tué, la maison intacte ». Dans la mesure où le témoin privilégié de cet événement était un professionnel, spécialement choisi et envoyé par la Communauté Européenne, il fallait certainement donner plus de précisions, quitte à se substituer en photographe de guerre et offrir un reportage complet de l’état des lieux…ce que fit deux heures plus tard Monsieur Ryan. « L’effondrement de l’hôtel Top Tower vu aujourd’hui de la Résidence de l’UE. Mur détruit. La dernière fois que j’ai vu un tel dommage, j’étais à Damas ».

Là, c’est du sérieux !

Le problème de Monsieur Ryan, c’est qu’il a dû confondre le ‘Tweet’ moderne avec le « Télex » d’un autre temps. En effet, autant le « Télex » n’étaient communiqué qu’à son seul destinataire, autant un « Tweet » est lu par pratiquement tout le monde. Dans les heures qui ont suivies, pas moins de 200 réponses sont arrivées en réaction à l’information « spécial » de l’Émissaire européen.

Le Ministre rwandais de la Justice, Johnstone Busingye a décrit le commentaire du diplomate comme une « fiction », alors que d’autres abonnés « Twitter » ont réagi avec colère. Martin Ngoga, intervenant de l’Assemblée Législative d’Afrique de l’Eest (EALA) a également voulu exprimé son indignation : « …alors je ne peux pas imaginer tout ce qui doit s’écrire à l’intérieur du bureau du diplomate », tandis que le Dr Lonzen Rugira, commentateur régulier dans les médias posait la vraie question : « Une excitation inégale aurait prouvé qu’il est inapte à la tâche. Sinon, le motif de son excitation inhabituelle devrait être un sujet d’intérêt ».

Pour ceux qui seraient tout de même sous le choc, puisque d’après Monsieur Ryan, il devait y avoir « mort d’homme », sachez qu’il n’en est rien, même l’auteur de cette « fake news » la reconnu par la suite, mais de là à s’abaisser à écrire un démenti, il y a encore de la marge. « L’Envoyé Spécial » ne réagira plus, et plutôt que de reconnaître son erreur et exagération, il estime cette fois-ci que le silence est réellement d’or ».

Pour laisser de côté ces quelques notes d’humour, je voudrais terminer par une note un peu plus sérieuse, en vous disant combien un « Tweet » aussi anodin que celui-là, doit faire honte au peuple Syrien qui vit depuis maintenant quelques années un véritable enfer journalier. Par contre, posez-vous la question…mais qui bombarde Damas ? Ne serait-il pas temps que chaque pays s’occupe de ses propres citoyens plutôt qu’à vouloir donner des leçons aux autres nations.

Je proposerais donc à notre « Envoyé Spécial » ainsi qu’à la « Communauté Européenne », d’oublier, un peu le Rwanda comme ils l’ont si bien fait lors du génocide perpétré contre les Tutsi en 1994. Ici, comme chez vous, tout n’est pas parfait, mais le chemin parcouru par ce peuple depuis la fin du génocide, mérite toute notre admiration. Le leadership est certainement un des meilleurs que l’on puisse trouver actuellement sur cette planète et ce n’est pas pour rien que le Rwanda se classe aujourd’hui à la septième place des « pays les mieux gérés au monde ». Le vieux continent à la fâcheuse habitude de vouloir s’immiscer dans les affaires des autres nations alors qu’elle a bien du mal à se gérer elle-même. Le Rwanda a prouvé ces dernières 20 années, qu’il était capable d’avancer et de devenir en si peu de temps un exemple à suivre pour les autres nations africaines. Vous n’avez pas besoin de vous embêter avec des pseudos « Envoyés Spéciaux » au Rwanda… que diriez-vous si les pays africains faisaient de même avec vous ?

En dernière réflexion, on est en droit de se demander si réellement ces « agents spéciaux » sont compétents pour assumer de telles missions. En allant un peu plus loin, la même question se pose quant aux personnes qui désignent ces « agents spéciaux », sur quelles critères de fiabilité. En final, et c’est sans doute le plus « grave », quelle est l’importance attribuée à ces rapports de renseignements sur lesquels se basent les députés européens avant de voter certaines résolutions à l’encontre de certains pays ?

Bon Dieu, que tout cela semble léger et pas sérieux !

Monsieur Ryan, le petit « oiseau bleu » se sentirait plus joyeux et plus léger si vous lui donniez comme mission de véhiculer les points positifs du Rwanda. Vous venez de répandre une fausse information, digne de ce que l’on peut parfois entendre au bistrot du coin. La moindre des choses serait de renvoyer le petit « oiseau bleu » avec une missive plus légère. Une erreur se rectifie et les excuses vous font grandir.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité