La FSDS ; énergie solaire pour l’éclairage du camps de réfugiés de Mahama

Redigé par IGIHE
Le 3 avril 2017 à 09:37
Visites :
56 2

La Fondation Saint Dominique Savio (FSDS) compte utiliser l’énergie solaire pour l’éclairage public afin d’assurer la sécurité du camp, ceci a été annoncé par Blaise Niyongabo, agent de la FSDS dans le camp.

“La FSDS a un contrat de maintenir un environnement sain dans certains camps de réfugiés, dont Mahama. A partir des contenus de la biomasse, dont des herbes, des arbres, la sciure, les écorces séchées du riz et des autres cultures comme la pomme de terre, banane, canne à sucre, maïs, etc. la FSDS fabrique des briquettes qui servent à la cuisson des aliments. Nous avons déjà atteint 800 kg de briquettes que certains ménages ont commencé à utiliser”, a-t-il indiqué.

Il a ajouté que la FSDS envisage de se doter de plus de capacités en achetant quatre machines qui vont se relayer à deux pour fonctionner plus de temps et produire plus de briquettes pour un nombre plus important de ménages.

« Déjà, nous distribuons dans la phase pilote des briquettes à 54 ménages. Les réfugiés apprécient l’utilisation des briquettes dans la cuisson. C’est une façon de ne pas recourir au bois et d’éviter la déforestation. Le défi à mon avis est peut-être qu’on ne peut pas avoir suffisamment de matière pour créer la biomasse qui génère les briquettes », a-t-il poursuivi.

Pour le chargé de l’énergie dans le camp de Mahama, la FSDS envisage d’acheter quatre machines capables de fournir une tonne de briquettes par heure. C’est à ce niveau que beaucoup de ménages pourraient accéder à des briquettes. L’autre avantage est que les briquettes relèvent de l’énergie propre et qu’elles ne dégagent pas la pollution.

Recours à l’énergie solaire pour éclairer le camp de Mahama

Niyongabo a dit aussi que Mahama est un grand camp qui abrite 56 mille personnes. Son manque d’éclairage est un obstacle à la sécurité et à l’hygiène. Raison pour laquelle la FSDS envisage d‘acheter des panneaux solaires et des poteaux pour éclairer les points importants du camp comme les grands axes, les places de marchés, les carrefours de routes, les cours de réunion, les toilettes et autres endroits où l’on constate un grand mouvement de gens.

« Actuellement au niveau de l’essai, le camp de Mahama dispose de 51 poteaux plantés en terre. Le camp de Kiziba en a deux poteaux. Nous estimons que la lumière permettra d’assurer la sécurité pendant la nuit, et d’éviter des violences contre des gens, notamment des femmes. Surtout que l’on doit lutter contre ce fléau au niveau du genre. Il nous faut nous atteler à un plaidoyer pour obtenir des subventions pour l’achat de 300 poteaux qui permettraient d’éclairer une bonne partie du camp », a confié l’agent du FSDS en charge de l’énergie à Mahama.

Avec rnanews


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité