Kigali, une capitale totalement connectée à l’Internet - Min. Jean Philbert

Publié par Olga Ishimwe
Le 10 mai 2017 à 05:46
Visites :
56 2

Kigali, la capitale d’un pays métamorphosé depuis la fin du génocide en 1994 accueille du mercredi 10 mai au vendredi 12 la conférence numérique Transform Africa qui sera consacrée aux Smart Cities africaines. Près de 4 000 délégués viendront des dix-huit pays d’Afrique membres de l’alliance Smart Africa, une initiative voulue par le président du Rwanda Paul Kagamé afin de renforcer le poids du numérique dans le développement économique du continent africain.

Entretien avec Jean Philbert Nsengimana, le ministre de la jeunesse et des TIC qui le Rwanda, qu’il qualifie de « start-up nation à l’africaine », est aujourd’hui prêt à exercer un leadership sur le continent en prenant la tête d’un mouvement africain des villes intelligentes.

Vous dites que Kigali est devenue une « ville intelligente ». Quels ont été les résultats du programme Smart City Kigali lancé en 2013 ?

Jean Philbert Nsengimana : Kigali est aujourd’hui une capitale totalement connectée à Internet avec un accès gratuit au Wi-Fi dans les espaces publics, dans les transports, dans les restaurants, les hôtels, etc. Chaque partie de Kigali est reliée à Internet grâce au réseau de 500 km de fibres optiques déployés sur l’ensemble de la ville. Le second résultat est le fait que les habitants de Kigali peuvent accéder à la totalité de leurs services municipaux sur Internet. Nous avons dématérialisé toutes les procédures pour le bien-être des administrés qui peuvent payer en ligne leurs impôts locaux, obtenir un permis de construire, un titre de propriété, un extrait de naissance, etc. La plate-forme Kigali Permit System, par exemple, fonctionne particulièrement bien et est très populaire.

Les habitants de Kigali peuvent également accéder à tous les plans locaux d’urbanisme et les visualiser en ligne, demander de l’information, estimer la valeur de leur terrain, etc. Le troisième résultat est la digitalisation de l’adressage de Kigali. Comme dans beaucoup de villes africaines, notre capitale s’est beaucoup développée ces dix dernières années avec la création de nouveaux quartiers et de nouvelles rues. Le programme Smart City Kigali a permis de géolocaliser 100 % des rues de la capitale.

Quelle est la prochaine étape ?

Aller plus loin vers la disparition de l’argent liquide afin que l’économie rwandaise devienne réellement « cashless ». Dans les transports publics de Kigali, vous pouvez déjà payer votre trajet en touchant une borne avec votre téléphone grâce à la technologie NFC. Nous sommes en train d’accompagner les hôtels et les restaurants de Kigali dans leur transition vers le paiement sans cash. Il reste cependant un gros travail à accomplir pour digitaliser les paiements des commerces et des petites échoppes de quartier.

La conférence Transform Africa 2017 s’ouvre cette semaine avec le thème de la ville intelligente. Pourquoi ?

La vision du président Paul Kagamé est que la transformation digitale doit être au cœur du développement d’une Afrique qui peut être leader sur de nombreux sujets comme la mobilité urbaine, la e-santé ou la connectivité. Le Rwanda s’est transformé grâce aux nouvelles technologies et Kigali est devenue elle-même une ville intelligente. Nous souhaitons faire bénéficier les Etats africains de notre expérience en diffusant nos bonnes pratiques via un schéma directeur baptisé Smart Cities Bluprint qui sera dévoilé durant la conférence Transform Africa. Smart Cities Bluprint fixera une feuille de route pour tous les maires et décideurs africains qui veulent transformer leur ville. C’est la raison pour laquelle nous lancerons un réseau des villes intelligentes africaines à l’issue de cette conférence.

Avec Lemonde.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité