France : la polémique enfle autour des propos de Mélenchon sur les nazis

Redigé par IGIHE
Le 24 septembre 2017 à 05:44
Visites :
56 2

Samedi 23 septembre, le meneur de La France insoumise déclarait, en réponse aux propos d’Emmanuel Macron sur « la rue qui ne gouverne pas », que « la rue avait abattu les nazis ». Une contre-vérité historique qualifiée de « faute politique » et « morale » par le porte-parole du gouvernement.

Tout commence à New York. Il y a quelques jours, Emmanuel Macron répond à une journaliste américaine qui le questionne sur la mobilisation contre la réforme du Code du travail. « La démocratie, ce n’est pas la rue », explique le chef de l’Etat.

Samedi, Jean-Luc Mélenchon réplique au président de la République par une anaphore : « Monsieur le président, c’est la rue qui a obtenu la quatrième semaine de congés payés, c’est la rue qui a abattu le plan Juppé et le CPE (...) les rois, les nazis… », lance-t-il, place de la République devant des milliers de personnes, en assurant que « la bataille n’est pas finie » sur la réforme du Code du travail.

Une « faute politique » et « morale »

Une contre-vérité immédiatement relevée par la majorité. Quelques minutes après la fin de la prise de parole de Jean-Luc Mélenchon, le porte-parole du gouvernement a fustigé un amalgame entre les nazis et Emmanuel Macron. Il a estimé sur Twitter qu’il était « indigne de porter (l’écharpe tricolore de député) quand on mêle démocrates et républicains à la fange nazie ».


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité