En Libye, des migrants détenus dans des conditions inhumaines

Publié par Olga Ishimwe
Le 22 mai 2017 à 03:37
Visites :
56 2

Filippo Grandi, le responsable du Haut Commissariat aux réfugiés était en visite ce dimanche 21 mai en Libye. Il a demandé la libération des demandeurs d’asile et des réfugiés des 30 centres de détention qui existent dans le pays où les conditions de vie sont épouvantables.

L’odeur, mélange de nourriture en état de décomposition et de latrines bouchées, est ce qui saisit en premier dans les lieux de détention. Dans le centre de Zaouïa, le plus grand du pays, où sont détenus 1 200 migrants, c’est un trou séparé du reste de la chambrée par un simple rideau qui fait office de toilettes. Ce manque d’hygiène favorise la prolifération de maladies comme la gale.

Le manque de nourriture est un autre problème. L’Etat ne paie plus les sociétés en charge des repas depuis des mois. La nourriture n’arrive donc pas toujours en quantité suffisante, et les fruits et légumes y sont quasiment absents.

Les migrants évoquent aussi les mauvais traitements infligés par les gardiens, comme les coups portés sur la plante des pieds les empêchant de marcher pour sortir dehors. Des cas de viols ont également été rapportés, notamment dans le camp pour femme de Sorman, à 20 km de Zaouïa.

Pour sortir de cet enfer, les migrants ont deux possibilités : payer les gardiens ou se porter volontaire quand l’Organisation mondiale sur les migrations (OIM) organise des retours volontaires dans leur pays d’origine. Ce qui arrive rarement. Malgré ces conditions très difficiles, les migrants s’accrochent à l’espoir d’atteindre un jour l’Europe. Selon l’OIM, la Libye accueille actuellement entre 700 000 et un million de migrants.

Avec Rfi


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité