Dakar accueille le Partenariat mondial pour l’éducation en présence de Macron

Redigé par RFI
Le 2 février 2018 à 08:20

Jour J à Dakar où se tient une grande conférence mondiale pour financer l’éducation. Le Partenariat mondial pour l’éducation (PME), 3e édition, est présidé par les chefs d’État Macky Sall et Emmanuel Macron qui effectue d’ailleurs une visite officielle au Sénégal. Soixante-cinq pays en développement bénéficient de ce fonds, l’objectif affiché à Dakar : lever 3 milliards de dollars. Dans la continuité des engagements annoncés à Ouagadougou en novembre, Emmanuel Macron cherche désormais à les appliquer sur le terrain.

Faire du Sénégal, comme de la Tunisie, un laboratoire de l’éducation, de l’école primaire aux études supérieures. Car dans la vision d’Emmanuel Macron, l’éducation, priorité en France doit aussi l’être en Afrique. En partenariat avec son hôte Macky Sall, le chef de l’Etat français va ainsi inaugurer le premier des 17 collèges qui seront battis à Dakar, puis annoncer la création d’une université sénégalo-française, un campus scientifique. C’est une volonté du président sénégalais : il faut plus de techniciens, d’ingénieurs. Former en Afrique puis faciliter l’accès au visa pour les étudiants.

Plus globalement, tous les acteurs s’accordent pour dire que l’éducation est sous financée dans les pays en développement. La conférence du jour, le Partenariat mondial pour l’éducation, en présence de nombreux chefs d’Etat, notamment du Mali, de RCA, du Togo, du Burkina, doit permettre de lever des fonds, plus de 3 milliards de dollars sont évoqués, et la France pourrait contribuer à hauteur de 10%. Des sommes colossales, mais qui permettront de financer uniquement les projets des années 2018-2020.Jour J à Dakar où se tient une grande conférence mondiale pour financer l’éducation. Le Partenariat mondial pour l’éducation (PME), 3e édition, est présidé par les chefs d’État Macky Sall et Emmanuel Macron qui effectue d’ailleurs une visite officielle au Sénégal. Soixante-cinq pays en développement bénéficient de ce fonds, l’objectif affiché à Dakar : lever 3 milliards de dollars. Dans la continuité des engagements annoncés à Ouagadougou en novembre, Emmanuel Macron cherche désormais à les appliquer sur le terrain.

Faire du Sénégal, comme de la Tunisie, un laboratoire de l’éducation, de l’école primaire aux études supérieures. Car dans la vision d’Emmanuel Macron, l’éducation, priorité en France doit aussi l’être en Afrique. En partenariat avec son hôte Macky Sall, le chef de l’Etat français va ainsi inaugurer le premier des 17 collèges qui seront battis à Dakar, puis annoncer la création d’une université sénégalo-française, un campus scientifique. C’est une volonté du président sénégalais : il faut plus de techniciens, d’ingénieurs. Former en Afrique puis faciliter l’accès au visa pour les étudiants.

Plus globalement, tous les acteurs s’accordent pour dire que l’éducation est sous financée dans les pays en développement. La conférence du jour, le Partenariat mondial pour l’éducation, en présence de nombreux chefs d’Etat, notamment du Mali, de RCA, du Togo, du Burkina, doit permettre de lever des fonds, plus de 3 milliards de dollars sont évoqués, et la France pourrait contribuer à hauteur de 10%. Des sommes colossales, mais qui permettront de financer uniquement les projets des années 2018-2020.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité