Cyberattaques russes : Moscou promet des représailles après les sanctions américaines

Redigé par igihe
Le 30 décembre 2016 à 10:14
Visites :
56 2

Le président des Etats-Unis a annoncé, ce jeudi, que 35 diplomates russes allaient être expulsés du pays. Le Kremlin affirme que Washington veut "détruire" ses relations avec Moscou et promet des mesures de rétorsion "adéquates".

Le Kremlin est en colère. Le président américain Barack Obama a pris, ce jeudi, une série de mesures contre les services de renseignements russes en représailles de l’ingérence supposée de Moscou dans l’élection présidentielle américaine. La Russie a rejeté "catégoriquement" ces "accusations infondées" et a promis des mesures de rétorsion "adéquates".

Les mesures annoncées par Barack Obama prévoient notamment l’expulsion de 35 agents des services de renseignement russes. "Ces personnes ont 72 heures pour quitter les Etats-Unis avec leurs familles", a précisé la présidence américaine dans un communiqué.

"Canard boiteux"

En représailles, les autorités russes auraient ordonné la fermeture de l’école anglo-américaine de Moscou, fréquentée par de nombreux enfants de diplomates, ont appris des responsables américains sans que l’information ne soit officiellement confirmée à cette heure.

"Un air de guerre froide." L’ambassade russe au Royaume-Uni a réagi à la décision de Barack Obama, dans un tweet peu diplomatique. "Comme tout le monde, y compris le peuple américain, nous serons heureux de voir la fin de cette administrations malheureuse", écrit-elle.

Le message est accompagné d’une photo d’un canard avec, en premier plan, le mot "lame" ("boiteux) écrit en lettres majuscules. Un "canard boiteux", donc, pour qualifier le président Obama. Dans le monde politique anglo-saxon, cette expression désigne un élu dont le mandat arrive à terme, alors que son successeur est déjà élu mais n’occupe pas encore le poste.

Donald Trump s’abstient

Donald Trump, qui n’a cessé de répéter qu’il ne croyait pas aux accusations d’ingérence russe, s’est abstenu de critiquer les sanctions décidées par Barack Obama.

Il est "temps de passer à d’autres choses plus importantes", a-t-il indiqué dans un bref communiqué, précisant qu’il rencontrerait, "dans l’intérêt de notre pays et de son peuple formidable", les chefs du renseignement américain "la semaine prochaine" pour faire le point sur cette affaire.

Opérations secrètes

Dans son communiqué, la présidence des Etats-Unis ajoute que les services de renseignement russes, le GRU et le FSB, font également l’objet de sanctions économiques tout comme quatre dirigeants du GRU, dont son chef Igor Korobov.

Les sanctions contre la Russie ne s’arrêteront pas là, a précisé le président américain, prévenant que les Etats-Unis prendront d’autres mesures "au moment que nous choisirons", y compris des opérations secrètes dont le public ne sera pas informé.

"Nous sommes disposés, quand il le faut, à travailler avec la Russie" sur les questions de sécurité les plus cruciales, a indiqué un porte-parole du département d’Etat. "Mais il est de la responsabilité du président de protéger la sécurité nationale, et c’est dans ce contexte qu’il a pris ces décisions".
Appel aux alliés

Barack Obama a également lancé un appel à une sorte d’union sacrée internationale pour faire revenir Moscou dans le droit chemin et l’empêcher de mener des mesures de déstabilisation dans des pays étrangers. Les "amis et alliés" des Etats-Unis doivent "travailler ensemble pour contrer les efforts de la Russie visant à saper les bonnes pratiques internationales et à s’ingérer dans le processus démocratique", a-t-il déclaré.

Les sanctions décidées par Barack Obama moins d’un mois avant son départ de la Maison Blanche sont une pierre dans le jardin de Donald Trump, qui ne croit pas à l’ingérence de Moscou et veut réchauffer les relations américano-russes. Mais le président des Etats-Unis sait aussi que beaucoup de responsables républicains ne partagent pas l’analyse de son successeur et sont favorables à des sanctions contre Moscou.

Paul Ryan, le président républicain de la Chambre des représentants, s’est félicité des mesures annoncées, estimant qu’elles "n’avaient que trop tardé". John McCain et Lindsey Graham, deux "faucons" républicains du Sénat, ont estimé que Moscou s’en tirait bien et ont promis "de mener l’offensive dans le nouveau Congrès pour imposer des sanctions plus fortes".

L’Europe aussi visée ?

Nombre d’observateurs ont estimé que l’objectif des interférences russes était avant tout de saper la confiance dans la légitimité de l’élection américaine, pour affaiblir la future administration. Un rapport de la CIA qui a fuité dans la presse est allé plus loin, en affirmant que Moscou avait mené ces opérations dans le but de faire gagner le milliardaire, qui a souvent loué les qualités de dirigeant du président russe Vladimir Poutine.

Ces accusations ont retenti jusqu’en Europe, où la France et l’Allemagne doivent voter en 2017. Le patron des renseignements extérieurs allemands Bruno Kahl avait évoqué des "cyberattaques qui se produisent dans le seul but de créer de l’incertitude politique", et souligné que l’Europe était "au centre de ces tentatives de déstabilisation".

avec l’express


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité